On reproche souvent aux gens d’être aussi possessifs avec leur argent qu’avec leur femme. Si l’échangisme sexuel n’est pas pratiqué par tous aussi religieusement que le football par les Brésiliens, il ne nous semble pas forcément plus naturel de partager l’argent durement gagné avec le premier lépreux venu.

Après avoir mouillé la chemise au travail toute la semaine, la moindre des choses serait de pouvoir dépenser son argent comme bon nous semble, non ? Pourquoi irai-je aider le sdf près de chez moi qui se contente de tendre la main devant la boulangerie, ou les enfants du Darfour avec qui j’ai autant d’affinités qu’avec une mouche drosophile ?

Pourtant, de temps à autre, de grands élans de solidarité se créent de façon aussi irrationnelle que subite. Comme si les gens voulaient soudainement se racheter de tous leurs égoïsmes passés pour éviter de cramer violemment en enfer, ou comme si ne pas participer au mouvement serait aussi mal vu que de porter des crocs en boîte de nuit.

Quelques exemples?

  • Le tremblement de terre à Haïti : 3,6 milliards de $ ont été envoyés par des donateurs internationaux entre 2010 et 2012 (Rapport des Nations Unies)
  • Charlie Hebdo : « 4.3 millions d’euros de dons recueillis auprès de 36000 donateurs venant de 84 pays différents » (le Figaro)
  • La crise en Grèce : 1.9 millions d’euros collectés en 8 jours sur le site Indiegogo

Quelles motivations nous incitent à partager notre fiche de paie avec la misère du monde ? Pourquoi nous sentons nous soudainement un devoir d’aider des sinistrés inconnus au bout du monde, alors que nous repoussons les habituelles demandes de dons avec la gentillesse d’un maquereau slave ?

Au fond, il semble que les grands malheurs nous rapprochent profondément les uns des autres en nous sortant brutalement d’un délicieux coma nombriliste, et que les détresses quotidiennes, toutes aussi graves, deviennent invisibles par la force de l’habitude.

Article écrit par YakadonE, l’application fun qui permet à chacun de soutenir de belles initiatives avec des centimes.

Rejoignez-nous sur la Page facebook de YakadonE